Accueil » Editos

Les vacances, "vues du cheval"

Par Laetitia Bataille, Rédactrice en chef.


N°23 Juillet - Août 2011
2 Commentaire(s)
Imprimer cet article
description

Le FFE a récemment rendu publics les résultats pour le moins surprenants d'un sondage* réalisé à sa demande par BVA. L'enquête met en lumière le fait que plus de la moitié (52,2% exactement) des Français rêvent de vacances équestres !
J'en étais restée, personnellement, à un sondage publié par le Haras Nationaux qui révélait, il y a quelques années, que près d'un tiers (29%) des français rêvaient de posséder un cheval (ou en tous cas, un équidé).

La moitié de nos compatriotes, cavaliers ou non, expriment donc leur désir de pouvoir, à la faveur d'une période de vacances, monter à cheval pour la première fois, faire "de la calèche" (les meneurs vont frémir !) et en tous cas toucher un cheval et découvrir sa délicieuse odeur qu'ils ne connaissent pas mais que sans doute ils pressentent.

Pour les cavaliers, les vacances équestres peuvent prendre la forme d'un stage de perfectionnement, ou d'une occasion de découvrir d'autres disciplines. Bref, d'en profiter pour "apprendre". Ce qui est une notion souvent exprimée par nos lecteurs et qui avait présidé au choix de notre ligne éditoriale... Mais si l'on renonce pour un temps à l'aspect technique de la pratique équestre, les vacances équestres permettent tout simplement de découvrir des paysages, qui "vus du cheval" auront une autre saveur.

Cette année toutefois, les choses seront un peu différentes. De nombreux centres de tourisme équestre situés dans des régions frappées par la sécheresse montreront aux citadins des prairies rasées, des greniers à foin vides... Jusqu'à quand ces établissements pourront-ils accuser le choc de ce début d'été 2011 ?

Le tourisme responsable, dont nous avons maintes fois parlé dans nos pages, reste une valeur incontournable pour tous ceux qui iront dans les pays en voie de développement, où ils devront parfois faire un choix difficile : renoncer à la promenade sur le dos d'un cheval embouché d'un câble métallique, ou sur un âne minuscule qui chavire sous le poids de n'importe quel occidental bien nourri.

Le tourisme responsable pourrait aussi cette année s'envisager en France. Certes, vous ne verrez pas de chevaux étiques, ce temps-là est révolu, semble-t-il. Faute d'herbe, les chevaux sont nourris au foin et montrent beau poil et bon œil. Mais le prix de la tonne de foin a plus que triplé, et cet hiver risque d'être dur. Entre cavaliers qui se rencontrent fortuitement dans le cadre des vacances, montrer que l'on a conscience du problème, c'est déjà -peut-être- trouver un début de solution. Si tous les cavaliers, dans la joie de l'été, voulaient se donner la main, ils pourraient faire un joli grenier à foin, rempli par le biais du bouche à oreille : tel cavalier ayant encore du foin de l'an dernier, tel autre disposant d'un camion, ou pouvant héberger un cheval cet hiver...

Bien sûr, les vacances doivent rimer avec insouciance. Mais à l'heure où nos voisins européens nous somment de supprimer la TVA agricole à 5,5 %, (ce qui repassera notamment les activités des établissements équestres au taux de 19,60%) il serait temps de faire bloc, et de se souvenir que tous les cavaliers, indirectement ou non, ont partie liée avec les agriculteurs.

Belles vacances, et rendez-vous le premier septembre pour la sortie du numéro 24 de votre revue !

*Sondage réalisé par internet du 25 au 30 mai 2011 auprès d’un échantillon de 1010 individus représentatif de la population Française de 15 ans et plus.

Photo de couverture : ©Viktoria Makarova/Fotolia.

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

mariesophie :
Le 22/07/2011 à 23h19

très intéressant article qui laisse rêveur sur l'image du cheval auprès du français...
dans notre village affectivement lié à l'élevage du Pottok , où nous avons la chance de recevoir un centre équestre c'est à l'unanimité que nous avons voté hier soir au conseil municipal pour l'envoi d'un manifeste nous insurgeant contre cette hausse de TVA dernier coût dur à la profession !...qui avait déjà bien du mal à joindre les deux bouts !!...

yveskatz :
Le 24/07/2011 à 08h39

Il est bien connu que , selon la terminologie utilisée, on peut faire dire ce que l'on veut à un sondage.
Qu'il s'agisse de 30% ou de 50%, ce que demande cette population, c'est AVANT TOUT d'approcher le cheval et d'apprendre à le connaitre.Monter à cheval, l'utiliser sont des désirs secondaires.
Cette distinction, vous l'avez remarquée, mais à mon sens, vous ne l'avez pas suffisamment mise en avant...C'est pourtant une des raisons majeures au taux important d'abandons que connait l'équitation dans les premières années de pratique.
Pour me reste, le changement de taux de TVA serait effectivement dommageable pour cette activité, surtout en cette période économiquement difficile... Ce qui montre les limites de l'intérêt de l'Europe communautaire...........

Article publié le 15-07-2011

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire