Accueil » La plante du mois

Les chardons : attention à la législation !

C'est la saison où les chardons -qui ne sont pas consommés par les chevaux- constituent, avec d'autres plantes indésirables, des zones de "refus". Ces refus sont à la fois inesthétiques et nuisibles, car les plantes se resèment naturellement, entraînant une dégradation progressive de la qualité des herbages.
Le Code Rural prévoit des obligations légales strictes de lutte contre les chardons.

Sous le terme générique de chardon sont regroupées de nombreuses espèces de plantes épineuses appartenant principalement à la famille des Composées (Asteracae).

Dans le genre Cardus, l'on trouve principalement le chardon des prés (cirsium arvense) et le cirse commun ou lancéolé (Cirsium vulgare), ou encore le chardon à tête dense (Carduus pycnocephalus), en zone méditerranéenne.

description
Bien qu'indéniablement esthétique, le chardon est une espèce végétale à détruire. © André Karwath aka/Wikipédia

Certains chardons (comme le panicaut, et le chardon bleu des Alpes) appartiennent à la famille des Ombellifères (Apiacae).
Notons que la cardère (grande plante très commune, souvent appelée chardon), n'en est pas un et appartient à la famille des Dipsacées.
Nous parlerons aujourd'hui du chardon des champs, Cirsium arvense, le plus commun.

Carte d'identité Nom commun : chardon des champs
Nom latin : Cirsium arvense
Genre : Carduus
Famille : composées (Asteracae)

Caractères distinctifs Plante de taille moyenne.
Les fleurs sont réunies en inflorescences formant des têtes denses et serrées.
Les feuilles sont très piquantes.

«Les chardons sont aussi néfastes à nos prairies que difficiles à retirer des crins des chevaux»

Phyto-écologie Le chardon commun est une espèce d'une grande amplitude écologique, présente dans toute la France, très répandu notamment sur terrains fertiles, mais pouvant aussi se rencontrer sur des sols arides.
C'est une plante rustique qui se propage très rapidement du fait de la vigueur de son système racinaire qui comporte des racines verticales très profondes et des rhizomes horizontaux qui lui permettent de progresser par taches.
La plante n'étant pas broutée par les chevaux, la propagation se fait également par semis naturel lorsque les fleurs restent en place ; chaque pousse peut comporter jusqu'à 5000 graines !

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

gabian :
Le 16/10/2011 à 18h51

Est-ce que le rumeux aux inflorescences rougeâtres est également concerné par ces dipositions ?

Article publié le 28-07-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés