Accueil » Vos Questions, leurs réponses

Dermite estivale et allaitement du poulain

Par le Dr.Jacques Laurent, éleveur.


N°24 Septembre 2011
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Peut-on mettre en relation le développement d'une dermite d'été avec un sevrage précoce ? Chez l'homme des études ont démontré que les enfants ayant été allaités tard développent moins d'allergies, peut-on faire un parallèle chez le cheval ?

Cette question posée par notre lecteur Solal en "commentaire" de l'article sur le sevrage paru ce mois-ci, appelle une réponse détaillée.

Une étude de cohorte prospective de Sears et Coll, parue dans la revue Lancet1 montre que l'allaitement maternel chez l’homme ne protège ni de l'atopie ni de l'asthme. Au contraire même, il semble augmenter le risque de ces manifestations allergiques chez l'enfant comme chez l'adulte jeune.

Dermite et allaitement du poulain
Un poulain dont la mère est atteinte de dermite estivale ou ayant contracté l'habitude du grattage aura forcément tendance à imiter celle-ci. © L.Bataille

Le Dr Peter Stratford2 nous résume ainsi cette très grande et longue étude. « Si l'allaitement maternel est largement recommandé pour réduire le risque de dermatite et d'asthme atopiques (allergiques) chez les descendants, force est de reconnaître que les arguments en faveur de cette position plutôt théorique sont loin de faire l'unanimité. Les études consacrées au sujet ont en effet abouti à des résultats discordants. Une étude de cohorte prospective a inclus 1037 enfants nés à Dunedin (Nouvelle Zélande). L'inclusion s'est faite entre avril 1972 et mars 1973 et, à l'âge de 3 ans. Tous les 2 à 5 ans et jusqu'à un âge compris entre 9 et 25 ans, l'évaluation a porté sur :

  1. les manifestations allergiques au moyen d'un questionnaire adapté et les antécédents d'allaitement maternel ;
  2. la fonction pulmonaire ;
  3. la réactivité bronchique ;
  4. les tests d'allergie cutanée.

Sur les 1037 participants, 504 (49 %) avaient bénéficié d'un allaitement maternel d'une durée supérieure à 4 semaines. Ce dernier ne protège pas des allergies, puisque la proportion de sujets atopiques (allergiques) est significativement plus élevée dans le groupe concerné, quels que soient l'âge (13 à 21 ans) ou l'allergène)- chats (p<0,001) -poussières domestiques (p=0,001) - pollen (p<0,0001). Il en va de même pour l'asthme chronique rapporté lors de chaque évaluation entre l'âge de 9 et 26 ans (versus les sujets non nourris au sein, n=533, 51 %). »

Peut-on comparer l’homme et le cheval ?

Plus précisément et concernant la dermatite atopique, le dermatologue Yves de Prost écrit en juillet 2008 sous la plume de Henry Pawin3 : « L'allaitement maternel prolongé ne prévient pas la survenue de l’atopie, même dans les familles à risque. Ainsi, il est impératif de considérer ces enfants de la même façon que les autres sur le plan alimentaire et de varier leur alimentation au même rythme. »

Peut-on comparer l’homme et le cheval ? C’est peu vraisemblable à une époque où des groupements médicaux de haut niveau se refusent à valider l’expérimentation pharmacologique animale, et cela non pour des raisons éthiques, mais purement au motif scientifique, arguant en particulier de la spécificité de chaque espèce.

«Le système immunitaire mature d’autant plus vite qu’il est stimulé tôt par l’environnement»

Néanmoins, en ce qui concerne notre poulain, un sevrage à huit mois ou à six mois ne devrait raisonnablement pas avoir d'incidence sur l'apparition d'une éventuelle dermite estivale, et à la question précise «  peut-on mettre en relation le développement d'une dermite d'été avec un sevrage précoce », on peut répondre négativement en toute logique, car à priori, le système immunitaire mature d’autant plus vite qu’il est stimulé tôt par l’environnement.

Tout au plus peut-on postuler qu'une vie aussi proche de la nature que possible (c'est-à-dire sans sevrage précoce) ne peut que favoriser un bon équilibre physique et psychologique (relisez nos deux articles consacrés à la dermite estivale : La dermite estivale (I) et La dermite estivale (II)).

En effet, de nombreux comportements de grattage ne sont dus qu'à l'ennui, la contrainte (« stress ») ou l'anxiété, qu'il s'agisse de DRE ou de simple habitude. Et à ce titre, privilégier le naturel par un sevrage tranquille et plutôt tardif ne peut qu'être favorable... sauf bien sûr si la mère se gratte elle-même, ce que le poulain imitera forcément ! 

1. Sears M.R. et coll. : "Long-term relation between breastfeeding and development of atopy and asthma in children and young adults : a longitudinal study", Lancet 2002 ; 360: 901-907.
2. Copyright www.jim.fr 2002
3. (Copyright Len medical, Dermatologie pratique, juin 2008)

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 21-09-2011

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire