Accueil » Savoir pratique Obstacle

Le cheval dans ses rails

Par Max Thirouin, cavalier international de CSO.


N°24 Septembre 2011
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Nous avons abordé différents thèmes qui mettent toujours en avant l’importance d’avoir un bon accélérateur et de bons freins. Encore faut-il pouvoir réussir à les doser en ligne droite comme sur les courbes. Il est nécessaire de toujours avoir le moteur actif (impulsion) et l’équilibre présent. Mais comment bien contrôler ces forces dans les virages ?

Envisageons plusieurs cas.

Cas n° 1

À l’entrée des virages, même si le cavalier pense faire les bonnes demandes pour tourner, le cheval met sa tête et son encolure dans la bonne direction, mais ne tourne pas, ou très mal. Avec un véhicule, nous pourrions appeler ce déséquilibre vers l’extérieur du "sous-virage".

Max Thirouin
Max Thirouin : une équitation très "pensée" pour un résultat optimal. © L.Bataille

Le cavalier pense commencer son virage en contrôlant l’équilibre de son cheval. Il n’en est rien. Le déséquilibre placé devant le cheval en ligne droite est un handicap qui se déplace sur l’extérieur dans le début du virage. Le cheval débute le virage avec son corps qui « tombe » vers l’extérieur. Ceci souvent amplifié par le cavalier qui penche son corps vers l’intérieur ou tire la tête du cheval encore plus à l’intérieur. Et le cheval compense en transférant du poids sur l’épaule extérieure.

Cas n° 2

Dans les virages, le cheval se couche à l’intérieur, impose à son cavalier de lui tenir la tête à l’extérieur pour maintenir la bonne direction et se désunit des postérieurs. Avec un véhicule motorisé, nous pourrions appeler ce déséquilibre à l’intérieur du sur-virage.

Un cheval qui se couche sur l’épaule intérieure dans les virages pense se mettre dans une situation confortable puisque son déséquilibre le fera tourner facilement. Mais cette position devient très dangereuse dans le cas d’une transition en sortie de virage (déséquilibre ingérable) ou d’un obstacle à franchir (en plus de son déséquilibre, le cheval ne pourra pas juger des distances étant donné que son œil extérieur se retrouve caché).

Avertissement

Si votre cheval est différent à une main par rapport à l’autre, vérifiez avec votre vétérinaire, si une douleur n’est pas la cause de cette dissymétrie. Il vous conseillera, si nécessaire, de le montrer à un ostéopathe ou un dentiste.

Solution générale virtuelle

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 21-09-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés