Accueil » Tribune Cheval Savoir

La rectitude :
En guise de prologue...

Par Pierre Beaupère, Cavalier professionnel et Professeur de dressage.


N°25 Octobre 2011
1 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Ce mois-ci débute une vaste étude sur un sujet souvent négligé dans la littérature équestre : la rectitude. Dans toutes les disciplines équestres, la rectitude constitue une condition sine qua non d'une bonne équitation et surtout d'une équitation "anatomiquement correcte".
Pierre Beaupère nous explique, dans cette libre "Tribune" de Cheval Savoir, l'importance de ce sujet et les raisons de l'importance qu'il y accorde.

J’avais lu dans une version portugaise (je pense) d’un des livres du Maître Nuno Oliveira une anecdote amusante révélatrice aussi bien du provocateur qu’il était que de la manière dont une des plus grandes difficultés de l’équitation est souvent vue comme un détail par les cavaliers avides de transformer le dressage en une gesticulation artificielle.

L’histoire était à peu près celle-ci : alors qu’il montait un de ses chevaux les plus avancés et qu’il venait de donner les rênes longues après avoir réalisé des enchaînements de pirouettes au galop et de changements de pied au temps, un groupe de spectateurs assis dans la tribune demandèrent au Maître Oliveira sur un ton assez prétentieux de leur faire la démonstration de ce qu’il considérait l’exercice le plus difficile à réaliser à cheval. Il les regarda quelques instants puis reprit les rênes de son cheval et effectua une simple ligne du milieu. Puis il lâcha les rênes et leur dit : « Voila l’exercice le plus difficile : marcher droit ! »

«Comprendre d’où vient la dissymétrie du cheval et savoir comment en tenir compte et la corriger»

Si tout le monde a déjà entendu la fameuse formule : « En avant, calme et droit » ou celle de Steinbrecht : « Montez vos chevaux dans le mouvement en avant et gardez-les droits », et s’il est relativement aisé de maintenir un cheval sur une ligne droite par la force des aides, des muserolles serrées, des rênes allemandes et du nez dans le poitrail, la recherche de la rectitude par des moyens classiques et dans un soucis de « Vérité » est sans doute le plus grand défi posé par le dressage correct et abouti d’un cheval. C’est aussi je pense un problème fondamental qui se pose très rapidement au cavalier soucieux d’évoluer, et ce quel que soit son niveau d’expérience ou celui de son cheval. Et il est d’ailleurs assez incroyable de constater à quel point la littérature, qui s’est par exemple tellement étendue sur la position correcte et académique, traite d’un sujet aussi primordial avec si peu de mots, si peu d’explications, alors que tous les cavaliers auront, un jour ou l’autre, à le travailler et à le maîtriser parfaitement.

Dessin à l’encre de Chine
Dessin à l’encre de Chine. © Pierre Beaupère

C’est cette frustration de ne pas trouver de réponses à mes questions qui me pousse aujourd’hui à tenter, malgré mon relatif manque d’expérience, de rédiger quelque chose de complet sur le sujet qui permette à la plus grande majorité des cavaliers non seulement de comprendre d’où vient la dissymétrie du cheval mais aussi de savoir comment en tenir compte et la corriger.
L’avenir me dira si cette petite pierre valait la peine d’être ajoutée à l’édifice…

Lisez la suite de cet article "ici".

Lisez le journal sans restriction :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

educaval :
Le 16/10/2011 à 15h43

La rectitude du cheval: pierre d'achoppement de l'équitation! Il est important, voire essentiel, d'avoir à l'esprit que, si cette rectitude s'exprime par une égale relation (préférable au terme "'tension" très souvent mal apprécié!) des deux rênes,elle a son siège au niveau des postérieurs. Seul un engagement identique peut permettre de redresser correctement et durablement le cheval. Cette égalité autorisera une tension égale de la ligne du dessus, un travail en incurvation également facile aux deux mains, une extension des muscles de l'encolure symétrique et un cheval qui se pose également sur ses deux rênes.

Article publié le 10-10-2011

Postez un commentaire !

Prénom (requis)

Email (requis)

Votre commentaire