Accueil » Tribune Cheval Savoir

Dressage : du sang et des larmes

Par le Colonel Carde*


N°25 Octobre 2011
12 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Nouveau motif d'émoi dans le monde du dressage de compétition : des rumeurs laissent envisager une modification de la "blood rule" (littéralement : la règle de l'absence de sang) édifiée par la FEI.

L'on se souvient des larmes de la cavalière néerlandaise Adelinde Cornelissen, éliminée aux Jeux Equestres Mondiaux de Lexington, à la cinquième figure de se reprise, la bouche de son cheval Jerich Parzival laissant apparaître une salive teintée de sang. Une inspection ultérieure avait montré une coupure à la langue.

Nous avons demandé à notre Conseiller Technique, le Colonel Carde, Juge international de dressage, de nous donner son sentiment à la Tribune de Cheval Savoir.

Est-il normal que les chevaux de compétition de Dressage puissent se présenter en épreuve avec des traces de sang sur le corps ?

C’est une possibilité qui est envisagée par la FEI (Fédération Equestre Internationale) sur proposition du fameux club des entraîneurs internationaux de Dressage (IDTC). Et comme le président de ce club, l’Anglais David Hunt, est membre de la commission de Dressage de la FEI, il y a toutes chances que ce très contestable projet soit adopté.

Dressage et sang
Le sang sera-t-il "officialisé" ? © www.eurodressage.com

Sauf si les Fédérations Nationales s’y opposent. Il sera donc intéressant de connaître leurs réactions. Celles-ci montreront quel intérêt elles portent à l’évolution de la discipline et dans quel sens elles la voient.
Le sens de cette évolution est assurément assez clair.

«Faut-il officialiser comme correct ce que produit le terrain ?»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

12 commentaire(s) »

nellyvalere :
Le 19/10/2011 à 09h45

Ce sujet est à l'ordre du jour de l'Assemblée Générale de la FEI qui doit se tenir prochainement. Une pétition est à la disposition des protestataires sur le site d'EURODRESSAGE
Le congrès de l'ISES qui se tiendra la semaine prochaine sur les lieux mêmes du Global Dressage Forum à l'Académie Bartels,haut lieu du dressage de compétition, sera l'occasion de mettre ce sujet sur la table en présence des plus éminents éthologues et autres scientifiques équins (Frank Odberg, Andrew McLean, Hilary Clayton ...)et nous n'y manquerons pas.
Merci Colonel. Votre article est très percutant, et la question cruciale de savoir si la FEI tend à officialiser des pratiques de terrain au mépris du principe fondateur de cette organisation, sera au coeur de ma première intervention au congrès de l'ISES:
Art 419. "Préserver l'Art Equestre des altérations auxquelles il peut être exposé, et de le conserver dans la pureté de ses principes pour le transmettre intact aux génétations futures de concurrents"....
...qui nepeut se faire qu'à la condition expresse que la compétence de terrain (celle qu'acquièrent les juges pour juger!)soit sous-tendue et canalisée par la culture équestre contenue dans nos grands traités: connue des responsables, des enseignants, des pratiquants, et des juges. Ainsi pourrait être respectée une autre grande recommandation de la FEI:
Alinéa 5 du Préambule: la FEI demande aux responsables du dressage d'acquérir "le plus haut niveau de connaissance dans leur domaine de compétence". CONNAISSANCE au coeur de la compétence.

Vous me permettrez,Colonel, de citer vos efforts et votre persévérance en ce sens.



nininess :
Le 26/10/2011 à 19h40

Bonjour,
je tombe des nues en lisant cette article. Mais jusqu'à quel niveau allons faire souffrir les chevaux pour gagner???
Je ne monte qu'en dressage, mais pour moi le respect du cheval fait parti du travail.
Déjà je m'indigne devant le Roll Kur, et tous ces "grands" cavaliers de dressage qui encapuchonnent leur cheval. Pourquoi faire cela? Parce que ca fait "beau"? Parce que l'homme veut montrer sa pleine puissance sur le cheval?
Et les traces d'éperons sur les flancs de chevaux...
Mais là des saignements dans la bouche, il ne faut pas pousser. La langue est extrêmement sensible et lorsque celle ci saigne c'est douloureux.
Je tiens à rappeler que TOUS sportifs qui saignent sortent du terrain! Mais le cheval, lui doit souffrir en silence, soumis.
J'espère que quelque chose sera fait, que les choses changeront et qu'on reconnaitra le travail dans la douceur et le respect du cheval et non dans la force et la torture.

Cordialement.

nathaliehupin :
Le 14/11/2011 à 13h22

Bonjour,
Moi non plus, je n'en reviens pas ! Jusqu'où fera-t-on souffrir le cheval sous prétexte du sport ? C'est aussi la loi du sport que, quand on est blessé, on ne participe pas. On demande à ces chevaux des performances hors du commun, et en plus, on voudrait qu'ils les effectuent alors qu'ils subissent un inconfort ! L'espèce humaine est bien indigne de ce que lui offrent les chevaux. C'est misérable... Merci en tout cas aux personnes qui montent au front pour que de telles horreurs ne soient jamais permises !

marjoneo :
Le 26/11/2011 à 21h47

Merci pour cet article. Je touve inadmissible que l'on puisse accepter qu'un cheval saigne de la bouche à l'issue d'une sceance de travail quelle qu'elle soit. Honte sur les "soit-disants" cavaliers qui peuvent accepter le travail de leur cheval dans la douleur.

plectrude :
Le 27/02/2013 à 10h58

"des rumeurs laissent envisager une modification de la "blood rule""
Mais de quelle nature serait cette modification au juste ???

danne :
Le 27/02/2013 à 11h35

Bonjour à tous,

Merci au Colonel Carde pour cet article d'importance !!
Il y a de nombreuses dérives dans le monde équestre !
La compétition qui est la partie la plus médiatisée (et pourtant rien de comparable au foot et autre!!)ne fait pas l'unanimité...
La grande question est "QUAND" tout ceci changera en profondeur ! En attendant que certain prennent enfin des décisions d'importances des chevaux souffrent dans un travail inadapté qui les brise !

N'oublions pas qu'il faut des chevaux fières et non soumis... un cheval même de compétition doit prendre du plaisir dans le travail qu'il fourni.

J'ai quand même confiance dans l'avenir notre travail à tous permettra de faire évoluer les choses dans le bon sens.
Merci à tous les pros et amateurs qui battent pour mettre en avant une équitation savante faites de souplesse, d'équilibre et d'impulsion !

Isa Danne

pluvinel :
Le 01/03/2013 à 07h29

La compétition ! L'appât du gain, la médaille, les honneurs pompeux, les lumières des médias, n'est-ce pas là le problème ? jusqu'où certains sont-ils prêts à aller juste pour quelques secondes de gloire (gloriole) ? Finalement, les vrais écuyers ne sont peut-être plus sur les carrés de dressage, ou lorsqu'ils le sont, tellement loin dans les classements ... La question : pourquoi ? Quid des juges ? Comment jugent-ils ? Qu'est-ce qu'un cheval juste pour eux, léger, aérien, rond, fier, heureux... on se demande parfois. Peut-on encore parler d'art équestre ? Les questions pleuvent, mais aurons-nous jamais de réponse, le dressage n'est-il pas en train de se scinder entre ceux qui cherchent la fusion avec leur cheval, ont en eux l'image du centaure, l'instantanéité, l'ART (premier mot clé de "art équestre"), et ceux qui ne raisonnent qu'en termes de résultats sportifs, de médailles, de retombées économiques ? Toutes ces polémiques entachent sérieusement l'image du dressage de compétition, finissent par détourner les amateurs de cette discipline, et finiraient bien par les détourner des carrés de compétition pour ne leur faire remplir que les tribunes des spectacles équestres. Tant mieux si les conditions décrites dans vos articles persistent ainsi et si d'autres intérêts que ceux du cheval et de l'art continuent à influencer les institutions.

kiki :
Le 08/03/2013 à 18h59

Merci monsieur pour cet article. Merci aussi à Cheval Savoir d'informer sur ces méthodes inacceptables et ces dérives du dressage. On peut obtenir tellement de belles choses d'un cheval dans le respect et le tact! Ces cavaliers sont des brutes et ne devraient pas arriver sur des podiums. Combien de fois ai-je été scandalisée par des pratiques violentes, brutales envers les chevaux utilisés lors des courses. Des chevaux "utilisés" simplement comme outils pour gagner des prix, sans respect, sans intelligence. Combien de fois ai-je été choquée par des violences sur des équidés dans des clubs, même renommés...Le problème devrait être pris à la source je pense des lieux d'apprentissage de l'équitation. Une meilleur connaissance de la relation au cheval devrait être enseignée dès les premières années d'équitation. Plus de travail à pied, des éléments de connaissance de la bouche du cheval, du mode de communication avec lui devraient être enseignés et mis en pratique. Les clubs dans l'ensemble axent trop leur enseignement sur la "monte" du cheval considéré comme une "mobylette"! Malheureusement, trop de personnes règlent leurs problèmes d'égos au travers de la recherche de prix,de reconnaissance, au détriment des chevaux. Les vrais cavaliers sont ceux qui respectent et connaissent les équidés. Merci à ceux qui transmettent et enseignent le respect de ces êtres nobles.

marechalviviane :
Le 13/03/2013 à 20h07

Merci monsieur pour cet article, il faut que les gens comprennent que le cheval est un être à 4 jambes avec un coeur, des émotions, une hypersensibilitée sublime, une bouche, un nez qui comprend le plus grand nombre de nerfs sensitifs que nous pouvons imaginer et une àme quand on sait la percevoir...
Les professionnels qui vivent des équidées n'ont pas d'excuse pour abuser physiquement ni moralement ni de pêcher par ignorance...

:
Le 14/03/2013 à 17h16

Mon Colonel le plaidoyer que vous faites en faveur du cheval et contre les misères que subissent ces derniers mérite que je vous relate une histoire...
Ainsi je me permet de raconter qu'il y a une douzaine d'années alors que je m'étais portée volontaire en tant que "working student" chez une personne illustre dans le monde des cavaliers, un endroit ou j'y ai appri une ou deux choses sur les hommes et les chevaux mais surtout sur moi-meme, j'y appri que j'avais le courage de tirer ma révérance le jour ou cette personne, une sorte de reine-mère qui avait le don de voir tout ce que les chevaux faisaient ou ne faisaient pas de leurs jambes, lequel avancait ou n'avancait pas se trouvait à une lieue de moi et est venue me rejoindre afin de me hurler des insanitées alors que je montai le souffre-douleur de l'établissement qui se trouvait etre un animal que beaucoup avaient appri à abuser...
Cette personne me hurlait qu'en m'observant elle vit que l'animal n'avancait pas... (J'avoue que je n'avais pas de stick ni de baguette magique sur moi ce jour là!) et que si ca avait été elle elle lui aurait assenée de bons coups de pieds: "Kick him! kick him!" Je l'entends encore dire comme si c'était hier...
Eh bien je l'ai laissée dire en silence et je ne suis jamais revenue le lendemain.
J'éspère que toute personne qui auraient le potentiel de devenir de bons cavaliers cesse tout manège avec les gens qui en fait sont assez ordinaires mais n'ont rien compris ni des chevaux, ni de la vie , ni de l'équitation...
La providence ma fort heureusement fait découvrir Monsieur Henriquet et vous-meme par la meme occasion et ce fut mon salut, je peux bien le dire...

marechalviviane :
Le 14/03/2013 à 17h25

Mon Colonel le plaidoyer que vous faites en faveur du cheval et contre les misères que subissent ces derniers mérite que je vous relate une histoire...
Ainsi je me permet de raconter qu'il y a une douzaine d'années alors que je m'étais portée volontaire en tant que "working student" chez une personne illustre dans le monde des cavaliers, un endroit ou j'y ai appri une ou deux choses sur les hommes et les chevaux mais surtout sur moi-meme, j'y appri que j'avais le courage de tirer ma révérance le jour ou cette personne, une sorte de reine-mère qui avait le don de voir tout ce que les chevaux faisaient ou ne faisaient pas de leurs jambes, lequel avancait ou n'avancait pas se trouvait à une lieue de moi et est venue me rejoindre afin de me hurler des insanitées alors que je montai le souffre-douleur de l'établissement qui se trouvait etre un animal que beaucoup avaient appri à abuser...
Cette personne me hurlait qu'en m'observant elle vit que l'animal n'avancait pas... (J'avoue que je n'avais pas de stick ni de baguette magique sur moi ce jour là!) et que si ca avait été elle elle lui aurait assenée de bons coups de pieds: "Kick him! kick him!" Je l'entends encore dire comme si c'était hier...
Eh bien je l'ai laissée dire en silence et je ne suis jamais revenue le lendemain.
J'éspère que toute personne qui auraient le potentiel de devenir de bons cavaliers cesse tout manège avec les gens qui en fait sont assez ordinaires mais n'ont rien compris ni des chevaux, ni de la vie , ni de l'équitation...
La providence ma fort heureusement fait découvrir Monsieur Henriquet et vous-meme par la meme occasion et ce fut mon salut, je peux bien le dire...

marechalviviane :
Le 14/03/2013 à 17h41

Je me sens obligée vis-à-vis des chevaux ainsi douloureusement traités et me trouve encore du courage d'avouer qu'une source dont je ne me souviens plus de la provenance relate que cette personne a dans le passé utilisée les éperons jusqu'au sang si bien que cette meme personne fut obligée de s'en excuser.
Un jour revenant sur les lieux du passé, je fis observer à cette meme personne que le cheval qui était entrain de se faire longer avait l'air triste, elle sut m'écouter et retira elle-meme les anneaux elastiques pour rendre un peu de comfort au cheval..
Mon espoir est que n'importe qui soit capable de changer et de rédemption.

Article publié le 18-10-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés