Accueil » Bloc Notes

Coliques intestinales du cheval : les règles d'or de la prévention

Par Dominique Lambert-Lefranc et le Dr. Jacques Laurent.


N°26 Novembre 2011
3 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Avec les premiers frimas réapparaissent certaines causes de coliques liées au froid, à l'humidité, à une moins bonne circulation, à une moindre résistance générale, voire à une augmentation intempestive de la ration.
C'est l'occasion de remettre au clair quelques règles d'or qui permettent d'éviter les coliques intestinales si fréquentes.

Le cheval vivant au pré n'a que rarement des coliques, car le fait de brouter en quasi-permanence est en accord avec sa physiologie. La vie en box et l'alimentation fragmentée en trois ou quatre repas constituent une contrainte morale et physique -communément appelée stress. L'indispensable adaptation à cette vie contrainte peut générer des troubles objectifs dont les plus tristement connus sont les coliques intestinales.

Prévention des coliques
La meilleure prévention des coliques : compagnie et vie au pré. Lorsque ce n'est pas possible, il faut se montrer particulièrement vigilant. © L.Bataille

Les causes alimentaires

Ce sont évidemment les plus fréquentes.
Sont proscrits -est-il nécessaire de le rappeler ?- les aliments "échauffants" tels que le blé ou l'ensilage pour bovins.
Se montrer parcimonieux dans l'utilisation des "bouchons" de luzerne, et de la luzerne fraîche (produits riches en azote).
Se montrer prudent dans l'utilisation du foin enrubanné. Lire à ce sujet notre dossier : Que penser du fourrage enrubanné ?

La quantité d'aliments

Tout excès quantitatif est dangereux : respecter strictement les rations fixées, qui auront été calculées en fonction des besoins du cheval, évalués en tenant compte de différents paramètres (taille du cheval, saison, travail, etc).

«Le fait d'avoir vermifugé le cheval deux mois avant n'écarte pas l'hypothèse de coliques vermineuses»

Oserons-nous rappeler que, bien entendu, il faut prendre toutes les précautions pour éviter que le cheval ait accès aux réserves de grain (fermer les reserres et les coffres à grain, ne pas laisser de sac entamé dans la travée, etc).

La surconsommation de paille

Elle constitue une des causes classiques de coliques de stase.
La cellulose qui compose la paille étant essentiellement digérée, par la flore bactérienne, dans le caecum et le côlon, un excès d'apport sature le système enzymatique de dégradation de la cellulose. Cette dernière s'accumule et favorise les phénomènes occlusifs.
C'est la raison pour laquelle les vétérinaires savent bien que les coliques sont fréquentes lorsqu'on vient de pailler les boxes.

Attention ! Se méfier d'une surconsommation de paille lorsque le box vient d'être fait : la paille fraîche, abondante et non encore souillée est très appétente !
Les chevaux très gourmands de paille pourront être équipés d'un panier quelques heures par jour, ou mis sur une litière non comestible.

L'état de conservation des aliments

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

bruneelponcha :
Le 16/12/2011 à 13h22

excellent article , qui remet en mémoire les fondamentaux que beaucoup de gens négligent ou oublient, et avec des notions nouvelles très interessantes

kiki :
Le 18/12/2011 à 11h01

Article très intéressant. Pas mal l'idée du "gâteau de fumier" dans le box pour la chaleur!
Autres petit trucs "prévention coliques":
- si le cheval est dans un paddock avec des chênes, penser à enlever le maximum de glands régulièrement, surtout lorsqu'ils sont verts.
- deux fois dans l'année faire une cure de Psyllium pour évacuer les excès potentiels de terre dans les voies intestinales (test du sac plastique avec de l'eau: mettre du crottin dans un sac plastique avec de l'eau, si du sable ou terre se dépose au fond, c'est que la cure est nécessaire).
- pour éviter les coliques, mettre régulièrement une petite poignée de graine de lin dans la ration humidifiée. La graine de lin humide forme un gel qui pousse et évacue les "boues" dans le système digestif.
-donner le foin avant la ration.
-attention à l'hygiène de l'eau qu'ils boivent. Renouveler l'eau et nettoyer régulièrement l'abreuvoir pour les chevaux.
-ne PAS donner la ration de grain sur le sol pour les chevaux au pré (ils ingèrent de la terre).
-dans un pré où certains chevaux sont dominants et empêchent les autres de venir sur le foin, séparer les rations dans le pré, pour éviter les causes de stress.
-après avoir administré des vermifuges, donner le jour suivant de la levure de bière pendant un petite semaine afin d'enrichir la flore intestinale.
Une amoureuse des chevaux!

florencec :
Le 03/01/2012 à 17h36

Merci pour ces petits conseils toujours bons à rappeler.
"Sont proscrits -est-il nécessaire de le rappeler ?- les aliments échauffants tels que le blé ou l'ensilage pour bovins."
Il serait également nécessaire de le rappeler aux fabriquants de granulés. Lorsque l'on lit l'étiquette d'une grande marque, dans ses granulés "club" on trouve comme premier aliment: du blé! (qui, me semble-t-il, a également des propriétés allergènes).
Je suis sceptique sur la bonne vielle méthode du "gâteau". Je n'aimerai pas avoir à me coucher dans mes excréments (avec les vers, l’ammoniac...)sous prétexte que cela tient chaud, d'autant plus que la transition avec la sortie du box (froid) devient encore plus extrême...

Article publié le 15-12-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés