Accueil » Vos Questions, leurs réponses

Allongement "couru"

Par Pierre Beaupère, cavalier professionnel et Professeur de dressage.


N°27 Décembre 2011
3 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Lors de mon dernier concours (le deuxième de mon cheval), la juge a qualifié mes allongements de "courus".
J'ai pourtant senti mon cheval pousser loin en dessous et étendre la pointe de ses sabots loin devant. Peut-être était-ce la fougue d'être à l'extérieur, mais je l'ai senti "me sortir quelque chose de fort"... je suis très déçue. Que signifie en l'occurrence ce terme "couru"?

(Question posée à Pierre Beaupère par Radoflip, via le journal)

Il est important de considérer qu'un allongement n'a rien à voir avec le fait d'aller plus vite. Idéalement, le rythme du trot reste le même, le cheval ne se déplacement uniquement que par des foulées plus longues, ce qui implique en principe une suspension plus grande.

Pierre Beaupère
Pierre Beaupère. © Céline Brabant

Pour visualiser cela, pensez aux astronautes sur la lune qui s'amusaient à tenter de courir, ou aux enfants qui font de grands pas en courant et sautant en même temps, comme le Chat Botté ! En effet, pour faire des foulées plus longues, le cheval doit beaucoup plus "sauter" dans son trot afin d'élargir son geste.

«Une étape dans le travail du cheval, mais jamais un exercice fini et correctement effectué»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

3 commentaire(s) »

educaval :
Le 31/12/2011 à 11h29

le cheval ne se déplacement uniquement que par des foulées plus longues, ce qui implique en principe une suspension plus grande.
Si j'adhère en grande partie aux propos de Pierre Beaupère, cette remarque que je recopie ci dessus me pose problème.
Dans sa définition, le trot est une allure diagonale à deux temps, qui se caractérise par le parallélisme strict des canons d'un même diagonal. Ce fait étant accepté, la foulée se doit de rester toujours la même et ce qui différencie un trot allongé d'un trot de travail ou moyen est l'augmentation de l'engagement, idéalement accompagné d'un ralentissement de la cadence.
Bien entendu,et malheureusement peut être, cette conception s'éloigne de ce que l'on voit actuellement encore en compétition où l'allongement résulte d'une extension marquée des antérieurs, avec perte du parallélisme et peu de différence dans la qualité de l'engagement.

pierrebeaupere :
Le 01/01/2012 à 12h18

Si l'objet de ces articles est généralement de trouver des images suffisamment simples et parlantes que pour aider les cavaliers dans leur pratique quotidienne, même si cela m'oblige parfois à m'écarter légèrement des Grands Principes Théoriques et qu'un lecteur averti possédant une grande culture équestre trouvera régulièrement des notions pouvant le choquer ou qu'il pourra même considérer comme fausse, je constate d'expérience qu'elles aident les cavaliers.

Je ne peux parfois que sourire en voyant mes élèves passer des caps et comprendre des notions importantes et obscures pour la plupart des cavbaliers en utilisant des images qui ne sont parfois pas très "accadémiques".

Néanmoins dans ce cas, et sans me lancer dans un long débat théorique qui nous éloignerait de nos sensations et de nos selles, je continue à maintenir que la foulée du trot peut varier. Bien sûr, et c'est là qu'est le problème chez les mauvais cavaliers de compétition (pour éviter les amalgames, car certains sont de fantastiques cavaliers que l'on ne devrait pas blâmer au nom des barbares, même si ce sont eux qui gagnent), l'augmentation de la taille de la foulée des antérieurs est bien plus importante que l'augmentation de l'engagement des postérieurs.

Mais si les deux vont de paire, la foulée sera à mon sens plus longue. D'ailleurs si l'engagement augmente, il me semble que les antérieurs devraient avancer ou se lever d'une même proportion.

Mon but par cette phrase était en tout cas de faire comprendre au lecteur ce qu'ils peuvent découvrir d'une manière amusante: mettre deux points de repères à chaque extrémité du grand côté. Passer au trot et compter le nombre de foulées. Puis s'amuser à passer à nouveau en essayant de faire plus de foulées entre ces deux points de repères. Puis repasser et faites-en le moins possible. Est-ce la foulée qui s'allonge? Les postérieurs qui s'engagent? La suspension qui change? Peut-être est-ce juste un moyen extraordinaire d'amener les cavaliers à sentir justement que le trot de travail est la base aussi bien vers le trot allongé que vers le piaffé et le passage, sans avoir à fabriquer quoique ce soit.

Enfin, mon idée ici, comme je l'expliquais juste en dessous dans l'article, était de faire la différence dans l'esprit des cavaliers entre ce qu'ils devaient éviter et ce qu'ils devaient rechercher. Si la plupart des cavaliers font l'erreur de vouloir aller trop vite et font courir leur cheval, il me semble que cette explication, si fausse ou incorrecte que l'on veuille la considérer, et même si elle n'utilise pas les termes qu'il faudrait utiliser (mais qui ne serait alors qu'une énième répétition de ce qui a déjà été écrit par les Grands Maîtres beaucoup mieux que nous), permettait de visualiser un allongement qui ne soit pas précipité, qui soit plus lent, avec de la suspension et un cheval décontracté qui engagera alors sans difficulté ses postérieurs... et allongera sa foulée!

Merci en tout cas pour l'attention que vous portez à mes articles.

Bien à vous,

Pierre Beaupère.

Comme spécifié dans cet article, je renvoye le lecteur à une série d'articles précédents concernant l'impulsion, où j'ai donné aux lecteurs une marche à suivre pour éviter les allongements sans parralélisme que je considère aussi incorrect que vous, cher Monsieur.

radoflip :
Le 03/01/2012 à 16h55

Bonjour,
Je pensais (à tort) que mon commentaire reterait sans suite...
C'est avec plaisir que je découvre votre réponse!
Merci de votre interet pour ma question,

Article publié le 29-12-2011

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés