Accueil » Culture équestre

Forrest "le magicien de la selle"

Au cours des guerres du XIXème siècle, le sort des chevaux n’était guère enviable. Considérés davantage comme des objets utilitaires que comme des êtres vivants, ils étaient souvent maltraités. La guerre de Sécession (1861-1865) ne fit pas exception à la règle.
Pourtant, une personnalité notamment se dégage : celle du Général Forest, homme pourtant violent et colérique, qui entretenait avec ses chevaux une rare complicité, à tel point qu'on le surnommait "le magicien de la selle".

Peu nombreux étaient ceux qui, à l’instar du Général Lee déclarait « Je voudrais être un poète pour écrire des versets sur mon cheval (Traveller, un cheval bai qui le suivra tout au long de la guerre) », et qui, voyant un cavalier malmener son cheval lui demanda d’y mettre un terme, et lui dit qu’il obtiendrait un bien meilleur résultat avec la manière douce.

Général Forrest
L'expression volontaire du Général Forrest, considéré comme la personnalité la plus extraordinaire qui se soit révélée pendant la Guerre de Sécession. Remarquer le licol placé sous la bride à doubles rênes et la selle de type "McClellan"-qui devait être fort usagée car le cuir paraît presque noir, alors que ces selles avaient un siège en cuir naturel. © D.R.

Le très fameux « raider » Confédéré Mosby, qui opérait en Virginie sur le front de l’est, faisait systématiquement abattre chevaux et mules capturés qu’il ne pouvait emmener avec lui. Le général nordiste Wilson fit quant à lui en une seule fois tuer la bagatelle de 500 chevaux pour qu’ils ne tombent pas aux mains de l’ennemi. Et non seulement, les chevaux étaient victimes du tir de l’artillerie et de la mousqueterie, mais de surcroît, quand ils tractaient de l’artillerie, ils étaient directement visés par les tireurs d’élite qui cherchaient à paralyser le déplacement des pièces.

«Son cheval favori le suivait partout dans les campements comme l’aurait fait un chien»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

1 commentaire(s) »

stephanovich :
Le 10/03/2012 à 21h59

Bien que nous sachions tous que durant les guerres, personne n'eut dégard (ou tellement peu) pour les chevaux de "bataille"; je trouve trés interessant ce sujet sur la guerre de secession dont je ne connais que les grandes lignes et sur ce général qui portait tant d'attention à ses montures qui le lui rendaient bien. Peut être n'est ce qu'une légende mais il n'y a jamais de fumée sans feu :)

Article publié le 15-01-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés