Accueil » Connaissance du cheval

Les effets du raccourcissement des rênes

Par Anna-Katharina Ludewig et Uta König v. Borstel*.


N°28 Janvier 2012
7 Commentaire(s)
Imprimer cet article
L'on est tenté de croire que le fait de tenir les rênes plus ou moins longues n'influe guère sur le cheval, pourvu que leur tension reste légère.

Une étude menée sur dix-sept chevaux de dressage par deux scientifiques de l'Université de Göttingen, en Allemagne, fait le point.

Les chevaux sont couramment montés avec des rênes nettement plus courtes que ne le voudrait l'idéal théorique, notamment par des cavaliers inexpérimentés dans une recherche mal comprise du rassembler, ou dans le but de “bander” les muscles du cheval, ou encore pour retenir un cheval qui prend la main. C'est pourquoi le but de la présente étude était d'étudier les réactions de chevaux montés sur des rênes raccourcies par rapport à leurs habitudes.

Longueur de rênes
Longueur de rênes et tension des rênes sont deux choses différentes. Néanmoins, sur cette photo les deux sont associées. © Fotolia

Cette étude a été présentée lors du récent congrès de l'Ises (International Society for Equitation Science) qui s'est tenu à Hooge Mierde, aux Pays Bas.

Dix centimètres de moins...

Notre méthode a consisté à étudier dix-sept chevaux de dressage, le lot comprenant des chevaux "warmblood" (demi-sang de races nordiques ou germaniques) et des poneys de selle.

«Les chevaux adaptent leur placer et l'amplitude de leur foulée»

Chaque cheval était monté par son cavalier dans une reprise de dressage (reprises officielles de compétition pour les cavaliers allemands de niveau A ou L, en fonction des capacités de chaque couple) alternativement 2 fois sur des rênes à leur longueur normale habituelle, ce qui correspond à une attitude mettant le chanfrein à la verticale, attitude habituellement obtenue chez ce cheval d'après son propriétaire, et 2 fois sur des rênes raccourcies de 10 cm.

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

7 commentaire(s) »

zaude :
Le 18/01/2012 à 16h40

C'est intéressant de pouvoir faire ce genre d'étude, mais je ne vois pas quel est le réel take home message? Qu'un cheval qui est habitué à travailler avec une certaine longueur de rêne met plus de 2 reprises à trouver un fonctionnement confortable avec des rênes plus courtes? Je me pose la question de savoir si travaillés par un cavalier qui juge que la bonne longueur est plus courte, le cheval finit il par trouver un fonctionnement compatible avec cette nouvelle longueur de rêne?
Qu'en tirer comme conclusion quand à la longueur idéale de rêne? idéale vis à vis de quoi?

Il aurait été intéressant dans cette étude de regarder en parallèle l'effet d'allonger les rênes de 10cm. Est ce que les foulées s'allongent nécessairement?

Quelle était la dispersion des tensions des rênes dans la configuration dite normale parmi les cavaliers? Peut on voir une corrélation entre cette tension habituelle et d'éventuels signes de gêne ou alors tout cheval finit par s'habituer à la monte de son cavalier?

voilà quelques questions qui me viennent à la lecture de votre article, je souligne toutefois qu'il me plait beaucoup de voir des mesures quantitatives dans le monde du cheval...

eleonore :
Le 19/01/2012 à 00h45

Personnellement je retiendrais 4 messages:
-Des cavaliers de dressage de petits et moyens niveaux (A et L en Allemagne)tirent plus sur leurs rênes quand ils les tiennent plus courtes: cette constatation tire donc la sonnette d'alarme pour les apprentis cavaliers.
-Quand les rênes sont plus courtes et donc plus tendues (dans cette étude et dans ces conditions)les chevaux semblent moins à l'aise, mais ils s'adaptent en raccourcissant leur foulée en s'appuyant plus sur leur mors, et en reculant leur chanfrein. Ce sont d'autres sonnettes d'alarme pour les cavaliers qui pensent que ce ne sont pas là des plus en équitation... .
-Les chevaux sont vraiment de bonnes personnes...ils s'adaptent,leur coeur ne bat pas la chamade, et, chose délicieuse, je trouve, on peut les penser plus en confiance avec leur cavalier quand celui-ci a les pieds au même niveau qu'eux, c'est à dire au sol, en toute proximité.
-And last, but not least!!! l'équitation est un art, et on ne raccourcit pas ses rênes comme ça, pour rien d'équestre, juste pour faire des mesures: les rênes plutôt courtes de Robert Stodulka nous suggèrent qu'elles ont leur raison d'être équestre, ce qui devrait toujours être le cas de toute action et de toute attitude, et que si c'est juste "par hasard", tant pis, elles ne provoquent en tous cas pas les inconvénients décrits dans la méthode et le protocole de nos deux scientifiques.


florencec :
Le 19/01/2012 à 09h17

Comme ZAUDE j'aurais aimé voir le résultat avec 10cm de longueur de rênes en plus.
Je ne comprends pas vraiment l’intérêt de cette étude si ce n'est mettre en chiffres ce que tout le monde sait déjà?

nellyvalere :
Le 27/01/2012 à 19h42

Les questions posées par Zaude sont assez intéressantes pour qu'elle les propose aux scientifiques. La complexité des mises en place de protocoles et de récoltes de données est telle que chaque question doit être étudiée individuellement, d'autant qu'on ne peut pas demander aux chevaux de se prêter à plusieurs types d'expériences dans le même laps de temps.
Pour ce qui est de la remarque de Florencec, je dirais que ce qui nous semble être parfois des lapalissades ne se vérifie pas forcément. Il est vrai que les limites de la validité des chiffres sont, comme dit Eléonore, dans " cette étude, dans ces conditions": à nous d'en imaginer et d'en proposer d'autres qui pourront relativiser les résultats. Le "mot de la Rédaction" est d'ailleurs là pour cela, car le problème des études scientifiques est que l'équitation étant un art et un savoir-faire, les résultats sont fonction du savoir-faire étudié: ainsi les rênes relativement courtes du Dr Stodulka n'entraînent-elles pas les inconvénients relevés par l'étude. Mais tout le monde n'a pas le niveau de cet écuyer viennois! alors on tire la sonnette d'alarme pour les moins habiles
Merci pour ces remarques riches de réflexion.

jakopale :
Le 11/02/2012 à 15h58

ai je bien compris que la tension de rênes "normales" est en moyenne de 3.47 kg? si oui quand un-e cavaliér-e me parleras de 2g dans les mains cela déclenchera un énorme fou-rire..;right?

jakopale :
Le 13/02/2012 à 11h53

j'aime bien que l'on fasse des mesures d'autant plus que le discours des cavaliers n'est pas toujours un modèle d'objectivité.
Quand un cavalier me dit :" je met 2g dans les rênes":ok très bien.Mais est vrai?Je signale aux auteurs que l'on peut mesurer, très facilement, cette tension mise dans l'emploi des aides avec des bandelettes de contraintes qui sont dans le commerce.Je suppose qu'ils le savent.Ce serait intéressant d'avoir ces résultats.

Article publié le 17-01-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés