Accueil » Savoir pratique Dressage

Dissymétrie du cheval et position du cavalier

Par Pierre Beaupère, cavalier professionnel et Professeur de dressage.


N°29 Février 2012
11 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Vous aurez peut-être remarqué que jusqu’ici nous nous sommes presque exclusivement intéressés à des schémas vus du dessus. Je pense en effet qu’il est nécessaire de maîtriser les causes de la dissymétrie, en la regardant bien à plat, avant de vouloir en observant les conséquences en 3D (et non, les lunettes ne sont pas fournies en cadeau…).

Changement de plan

Cette partie devient forte importante (l’importance de chaque chapitre va d’ailleurs aller crescendo, comme dans un bon polar…) car elle devrait non seulement déculpabiliser un grand nombre de cavaliers, qui vont découvrir qu’ils ne peuvent pas être assis bien droit et bien symétriques si le cheval ne l’est pas lui-même. Nous allons ainsi tordre le cou à cette idée fausse et préjudiciable (qui m’a amenée à tellement d’heures de torture mentale et physique) que le cavalier doit d’abord s’asseoir bien droit, parfaitement symétrique, sentir ses deux ischions, avoir ses épaules à la même hauteur, le même poids sur les deux étriers et agir avec chaque jambe séparément et avec précision avant d’entamer tout travail avec le cheval.

Illustration par Charly Debray
L’affaissement du côté droit du corps du cheval est assez évident sur cette illustration. © Charly Debray
Pierre Beaupère
© Céline Brabant

Laissez-moi vous dire une chose : c’est un énoooorme mensonge ! C’est un raccourci pris depuis des siècles qui montre bien à quel point beaucoup des ouvrages de dressage écrits depuis les 400 ans que l’Humain est prolifique à écrire sur les chevaux sont des copies et des "copies/collés" sans réflexion de ce que d’autres ont écrit. Pourquoi ?

«Le fameuse « filière équestre » doit prendre conscience de l’importance d’enseigner la correction de la dissymétrie naturelle du cheval dès que le cavalier débutant possède l’équilibre suffisant pour le contrôler»

Parce que si tout ce que vous avez jusqu’ici pu lire sur l’assiette et la position du cavalier est correct et est effectivement indispensable (notez donc bien que nous ne faisons pas ici l’apologie de la position défectueuse), elle ne peut en aucun cas figurer telle quelle dans un ouvrage sans qu’il soit précisé ce que le cavalier doit faire et comment il doit adapter son assiette à un cheval qui n’a pas été redressé et préalablement mis dans l’équilibre. Cela ne pouvait être le cas que dans les ouvrages du XVIIIe siècle, époque où les cavaliers apprenaient à monter sur des chevaux d’école, parfaitement équilibrés, rassemblés… et symétriques ! De ces cavaliers uniquement on pouvait exiger qu’ils soient assis parfaitement droits et symétriques… Raison pour laquelle le cavalier débutant était d’abord assis sur un cheval piaffant aux piliers !

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

11 commentaire(s) »

viviane :
Le 21/02/2012 à 11h56

Bonjour Monsieur Beaupère,

Vous suivant avec grand intérêt dans votre série concernant la dyssymétrie, je suis étonnée par cet article.

J'en étais venue à la conclusion que mon cheval était droitier, et que son côté droit, globalement plus développé, me jetait vers la gauche de la selle. Pourtant, il me semble bien que c'est le postérieur gauche que ma monture peine à engager sous la masse.

Cordialement

hippo :
Le 21/02/2012 à 21h00

exactement comme dans un polar, on attend la suite avec impatience. Je n'en peux plus de cette attente !! ;-)

pierrebeaupere :
Le 22/02/2012 à 01h13

Chère Viviane,

A mon sens, le meilleur indicateur pour savoir si le cheval est droitier ou gaucher lorsque l'on monte le cheval est de s'intéresser à la rêne sur laquelle il prend le plus de contact.

Il est bien sûr possible que votre position soit déviée vers la gauche malgré le fait que votre cheval soit droitier car il faut tenir compte de notre propre équilibre en tant qu'humain assis sur un animal en mouvement mais aussi de la manière dont nous compensons les déséquilibres du cheval.

Il est possible qu'en réaction au déséquilibre de votre cheval, vous rejetiez votre poids du corps vers la gauche justement pour compenser ce que j'appelle dans l'article "l'effet toboggan", qui donne la sensation que la selle se dérobe sous votre fesse droite (sur un cheval droitier). Votre corps a une grande capacité d'adaptation instinctive qu'il ne faut pas négliger.

Enfin, il est possible que cette sensation dépende de l'attitude dans laquelle vous travaillez votre cheval. J'ai ici présenté un cheval que j'ai laissé dans sa tendance naturelle (en l'accentuant même), pour montrer les réactions du cheval monté hors de l'influence directe du cavalier.

Nous verrons dans le prochain article l'influence que peut avoir le cavalier lorsqu'il tente de corriger le cheval ou d'effectuer les exercices sans avoir préalablement tenu compte de la dissymétrie naturelle.

En conclusion, je vous dirais que pour établir si votre cheval est droitier ou gaucher, il est plus adapté de vous fier à la rêne sur laquelle il prend le plus de contact. En effet, vous verrez lorsque nous arriverons au moment de corriger la dissymétrie, que c'est cette sensation qui va nous servir de base de correction, que le cheval soit droitier ou gaucher ou que même il change d'un jour à l'autre. La suite d'étapes que je vous donnerai devrait vous permettre d'obtenir rapidement (en l'espace de quelques jours en général) un cheval plus droit et un contact égal sur les deux rênes.

En espérant avoir répondu à votre question, j'en profite pour remercier les lecteurs pour leurs commentaires positifs quant à cette série d'articles qui me tient vraiment à coeur.

Vos commentaires sont autant d'encouragements à continuer ce travail...

Pierre Beaupère.

viviane :
Le 22/02/2012 à 12h39

Je vous remercie pour votre réponse limpide et très complète. J'ai donc bien un cheval droitier. Je suis sûre que nous pourrons toutes deux (c'est une jument) tirer un grand profit de votre série d'articles et je piaffe d'impatience de lire la suite.

Je vous tiendrai au courant de la mise en pratique des conseils que vous donnerez dans les prochains numéros,

Merci et encore bravo

emilblik :
Le 23/02/2012 à 23h36

Il est vrai cependant qu'il est difficile de trouver des professeurs pouvant nous guider pour travailler et redresser un cheval dissymétrique. Surtout lorsqu'il s'agit de construire la musculature dorsale d'un jeune cheval. De plus la littérature decrit la dissymétrie sans pour autant la traiter. J'attends la suite de la série d'articles à ce sujet qui m'interresse, car je suis en ce moment bien préoccupée avec mon jeune cheval qui est fortement droitier et pour le quel je cherche à travailler en vue d'établir une musculation correcte de son dos, au point de limiter les séances montées. Je m'aide entre autre d'un controle régulier avec un ostéo pour juger du travail sur l'état de sa musculature et rattraper les erreurs que je pourrai commettre. Néanmois, c'est un travail passionnant mais qui demande beaucoup de prudence car effectivement j'ai connu beaucoup de chevaux souffrant du manque d'attention que l'on peut porter à ce problème, et pouvant expliquer la quasi totalité des problèmes de rétivité au travail, notamment dans l'impulsion.
Vivement la suite!!!!

toniton :
Le 01/03/2012 à 11h02

Bonjour à vous et merci pour ces bons articles.
J'ai une question un peu simplette : est ce que celà peut être utile de corriger la position du cavalier par des artifices sur la selle en attendant que le cheval soit parfaitement souple de son côté long, et est ce que ça peut aider le travail sur la symétrie ?
Je m'explique : et si je rallonge un peu l'étrier côté gauche par exemple pour me forcer à revenir sur la partie gauche du dos ? Ou alors si je mets un petit coussin qui surélève ma fesse droite ??! juste en hypothèse...
Merci de votre réponse...
S.A

educaval :
Le 01/03/2012 à 11h39

Sachant que la dissymétrie du cheval évolue au cours du temps et peut se modifier/ varier au cours d'une séance, l'utilisation d'artifices ne permettra jamais d'aider à travailler la rectitude du cheval.
Par ailleurs, il est important que le cavalier sente dans son corps la dissymétrie du cheval (puisque c'est de cela que l'on parle, en sachant que le liant du cavalier ,qui permet de ressentir les mouvements du cheval, est la base de toute éducation bien menée)afin de pouvoir choisir la meilleure gymnastique corrective et suivre pas à pas les améliorations du cheval.
Yves KATZ, BEES2

aureliezeigin :
Le 15/03/2012 à 10h59

Je me suis abonnée à cheval savoir par le biais d'une connaissance qui prends des cours avec vous (vus en vidéo) dans l'optique de lire vos articles.
En effet c'est une mine d'information qui pourra nous être fabuleusement utiles à toutes et à tous.
Comme les précédents, j'ai hâte de lire la suite, car je comprends mieux pourquoi (si j'ai bien compris) mon cheval engage mieux le postérieur gauche que le postérieur droit, s'il est droitier...
effectivement Mr Katz, j'ai vu que vous interveniez aussi et ces articles sont tout intéressants à tout niveau. merci.

odile :
Le 21/05/2012 à 19h16

Je viens de lire cet article après avoir suivi avec attention les précédents et j'ai une question car mon cheval, récemment acquit, de 12 ans maintenant est dans un état physique (musculaire) catastrophique. Autour de moi, 2 versions : le laisser comme il est puisqu'il fonctionne comme ça (plus ou moins à mon goût et au vu des résultats en course d'endurance : boiterie une fois sur deux) ou au contraire il n'y a pas d'âge pour le remettre droit. Ma question est : comment je fais pour déterminer si il est droitier ou gaucher vu qu'il refuse le contact des rênes. Si il reste léger et sans trop de contrainte ça va aller mais pour le faire se tendre c'est autre chose. L'ostéo qui l'a vu la première fois avait diagnostiqué un blocage dans les cervicales les 2 suivants l'atlas et dans les lombaires. Les lombaires c'est réglé car il n'est monté que par moi et non de très maladroits et lourds cavaliers. La nuque reste un sujet de conflit assez sévère. J'espère, en lisant vos articles passionnants et d'une réalité que j'avais commencé à percevoir mais sans être trop sûre, que je vais aider mon cheval a aller de mieux en mieux

clarisse :
Le 07/11/2012 à 23h19

Merci!!!

damarise :
Le 07/12/2013 à 23h31

Vraiment merci pour cette série d'articles qui confirme ce que je ressentais ! Ma monitrice m'expliquait que si mon cheval tire à droite, c'est parce que je suis droitière et que j'ai la main droite plus forte, donc que c'est moi qui tire. Or j'ai monté l'année auparavant une jument qui était gauchère, avec laquelle j'avais le problème exactement inverse, sa réponse ne me satisfaisait donc pas ! Et merci pour nos chevaux qui pourront travailler juste !

Article publié le 18-02-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés