Accueil » Culture équestre

Une histoire symbolique et culturelle du cheval noir (II)

Par Amélie Tsaag Valren, responsable du Pôle des mythes et légendes de la Fédération Française Médiévale, Membre de la Société de Mythologie Française.


N°31 Avril 2012
0 Commentaire(s)
Imprimer cet article
De l'univers du jeu Warcraft aux "étalombres" de la science-fiction américaine, passant par les "sombrals" présents dans la saga Harry Potter, la mythologie du cheval noir défie les siècles ! La terrifiante jument aux crins de flammes qui peuple les mauvais rêves nocturnes renvoie à l'étymologie du mot cauchemar, mais les images positives des films et de la littérature contemporaine pour la jeunesse ont ouvertes une autre voie, au rythme du galop sauvage de l’Étalon Noir, de Tornado ou de Fury : celle d'un cheval noir dissident, presque anarchiste, mais néanmoins symbole de force et de loyauté...
Amélie Tsaag Valren nous conte à nouveau sa magistrale histoire du cheval noir, ce mois-ci dans l'imaginaire humain, à notre époque.
Le cauchemar

La jument est proche étymologiquement du mot « cauchemar » dans de nombreuses langues : « mähre » en allemand, « nightmare » en anglais, qui signifie aussi « jument de la nuit », ou encore mahrah (« mort » et « épidémie ») en vieil irlandais. Une théorie longtemps défendue veut que le cheval et la jument noirs ou blêmes aient donnés le mot « cauchemar » et son équivalent anglais, mais il n’en est rien.

La croyance populaire s'est toutefois emparée de cette association, en particulier à travers le tableau du Cauchemar de Füssli. Monture surnaturelle, cette jument aux yeux de Gorgone et oreilles cornues est issue du cheval psychopompe chtonien, familier des ténèbres et de la mort. Elle porte les démons et se confond avec eux, éveille la crainte d’être mordu, foulé aux pieds. Elle traverse et pénètre l'intimité du dormeur sans défenses. Elle l’écrase de ses sabots embrasés, puis l’emporte vers des contrées cauchemardesques où il se confronte à ses plus grandes peurs.
Cette vision s'est perdue au fil du temps, surtout avec la fin de l'utilisation quotidienne du cheval, avant de renaître, très curieusement, dans le jeu de rôle Donjons et Dragons.

«Un très grand nombre de jeux de rôles et d’ouvrages de fantasy ont repris cette créature»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

0 commentaire(s) »
Article publié le 22-04-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés