Accueil » Instruction

Langage corporel et isopraxie

Par Yves KATZ, BEES 2


N°32 Mai 2012
5 Commentaire(s)
Imprimer cet article
L'isopraxie a été définie en 1990 par Mac Lean comme le "comportement dans lequel deux ou plusieurs individus s'engagent dans la même sorte d'activité, et, ainsi, communiquent ». De récents développements de la recherche ont permis d'éclairer sous un jour nouveau le travail du cheval monté, notamment en permettant d'induire le mouvement chez le cheval par notre propre posture, et prendre conscience de notre corps en relation avec notre monture.

Une expérience a été conduite avec un cheval de club et une cavalière BEES1 qui n'avait jamais été initiée à ce type de travail.

Tout d'abord, il est important de remercier Tiphaine, enseignante qui s'est prêtée de bonne grâce au jeu de la découverte de l'isopraxie. Je tiens à souligner ici ses compétences d'enseignante : elle a mis à notre disposition un de ses chevaux de club qui a très vite compris ce que je lui demandais et a répondu facilement, sans stress, à des demandes inhabituelles pour lui. Il présente une belle légèreté aux aides et un travail correct, malgré ses raideurs de cheval d'instruction. Sa réactivité met en avant la qualité de l'enseignement que lui et sa monitrice proposent aux élèves de ce centre équestre.

L'isopraxie
L'isopraxie est d'une aide importante aussi dans le reculer. Tiphaine l'a testée avec son cheval : allègement du bassin par légère bascule vers l'avant pour alléger l'arrière main du cheval. Décontraction de mâchoire et demande de marche rétrograde par les cuisses. Résultat : le cheval recule en restant léger dans son bout de devant et accepte de remettre un peu de "poids" sur les hanches. © L.Bataille

Le cavalier est censé être synchrone avec les mouvements du cheval : ses doigts agissent en accord avec les mouvements des membres antérieurs, en fonction du résultat escompté et ses jambes agissent lorsque les postérieurs sont en phase de soutien, leur action étant fonction du résultat escompté sur le mouvement du membre postérieur (plus d’engagement ou plus de latéralité).

Pour pouvoir donc être en équilibre avec son cheval, le cavalier doit devenir quelqu’un d’extraverti et ce changement d’attitude lui servira beaucoup dans sa vie sociale

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

5 commentaire(s) »

soalheiro :
Le 03/06/2012 à 10h00

Oui oui oui !!!!
j'ai la chance et d'autres avec moi de suivre les cours de Mr Claude Guilbaud, ancien élève de Nuno et Sue Oliveira, au sein de l'école d'equitation et d'attelage Claude Guilbaud, à la Harelle commune de Villiers en désoeuvre 27640 ....
https://www.facebook.com/pages/Ecole-déquitation-et-dattelage-Claude-Guilbaud/138660856154219
Claude nous forme à cette équitation légère et aérienne .... Qui inclus le poids du corps dans les aides ....Sans cesse il attire notre intention et nos sensations sur l'équilibre de nos montures et nous fait prendre conscience que toutes actions allant a l'encontre de cet équilibre est nuisible à l'élan naturel de notre cheval .... Un exemple à suivre !!!!!

educaval :
Le 03/06/2012 à 11h37

Un exemple de plus, si nécessaire, de la formidable importance de la gestuelle corporelle dans les échanges cavalier/ cheval: le reportage présenté sur Arte ce jour sur l'équithérapie: "guérir avec les chevaux". Certains des commentaires devraient résonner à l'oreille des cavaliers soucieux d'une meilleure collaboration avec leurs chevaux.
Yves KATZ, BEES2

gnourf :
Le 04/06/2012 à 12h28

Je suis tombée ces derniers jours sur un vieux magazine équestre qui date d'une bonne dizaine d'années et qui traitait dans un de ses articles du "mime équestre" (faire mimer à pied les mécanismes de la locomotion du cheval). Cela avait pour but de faire comprendre les mouvements du cheval et donc de se mettre en harmonie avec lui.
A part cet article, je n'avais jamais du mime équestre, alors que l'isopraxie (à part le mot qui m'est nouveau), ne m'est pas complètement inconnue. Savez-vous en plus sur le mime équestre? Si oui, qu'en pensez-vous?

Merci,
Gnourf

educaval :
Le 04/06/2012 à 20h42

J'ai eu l'occasion, il y a quelques années, de rencontrer un fervent défenseur de cette approche. Il s'agit d'Andre Bourlet. Ci dessous un lien vers un article qui parle de lui: www.cavadeos.com/Cheval-de-A-a-Z/Formation/L-equitation-virtuelle-a-travers-le-mime-equestre
J'évoque rapidement le mime équestre, sans le nommer , dans les quelques lignes de mon article que je reproduis ci dessous:
"il doit se comporter « en cheval » et exécuter lui même à pied l’exercice qu’il envisage de demander à son cheval et étudier alors comment se positionnent les différents segments de son corps et comment ils s’articulent et se meuvent les uns par rapport aux autres".
Equestrement votre, yves KATZ,BEES2

ellebasi :
Le 06/06/2012 à 12h53

oui! la communication gestuelle est un outil très précieux, non violent, qui apporte un profond sentiment d'empathie avec l'animal . JY le Guillou, qui intervient ici dans un autre article, en est un fervent partisan également . Le voir mimer le pas espagnol et voir le cheval qui marche à ses côtés s'y mettre spontanément est un vrai régal !!( ça marche sur ma jument, j'ai testé !!)
merci pour cet article qui rejoint tout à fait ma recherche personnelle . Les chevaux sont extrêmement sensibles à la position du cavalier . C'est encore plus net à cru ou une toute petite variation de pression "fessière" , entraînée par le mouvement du buste dans le sens voulu suffit à déclencher l'incurvation ou l'épaule en dedans . C'est magique ! effet centaure assuré !
amicalement
Isabelle (zabot29 pour Yves)

Article publié le 30-05-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés