Accueil » Savoir Pratique Randonnée

Randonnée : attribuer les chevaux en fonction de la psychologie

Par Bruno Alet, ATE et BPJEPS Tourisme Equestre.


N°33 Juin 2012
8 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Pour qu’une randonnée se passe bien en termes d’agrément et de sécurité, il ne suffit pas d'attribuer au cavalier un cheval adapté à sa taille, son poids et son niveau équestre. Il faut aussi essayer de favoriser cette mystérieuse "alchimie" qui permettra au couple cheval/cavalier de tirer le meilleur d'une randonnée.

Bruno Alet propose des pistes de réflexion nouvelles.

Être guide de randonnée n'est pas seulement un guide touristique à cheval, c'est d'abord une personne qui donne, comprend, qui fait preuve d'un calme et d'une autorité posée. C'est quelqu’un qui sécurise les participants, prévient les accidents, gère des chevaux, soigne… Qui connait la faune, la flore, la météo, l'histoire… Un métier complet peu reconnu mais qui apporte tellement de satisfactions grâce aux sourires et à la joie observés chez certains clients à la fin du voyage. Et cela n’a pas de prix…

La randonnée
La randonnée : une formule de vacances et une expérience équestre merveilleuses, mais où se révèlent parfois les caractères ou les faiblesses de chacun d’entre nous. L’attribution de chevaux adaptés à la psychologie des cavaliers fait partie du travail du guide. © Cap Rando

C'est pour cela que la bonne l'attribution des chevaux reste le garant de la réussite de votre randonnée. Prendre le temps de comprendre le rôle des chevaux, prendre le temps de les connaître, de les apprécier à leur juste valeur, de penser qu’eux aussi cheminent dans leur développement de vie et prendre ce même temps pour les futurs partenaires de voyage.

«Il faut développer une "pensée latérale" et se poser les bonnes questions»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

8 commentaire(s) »

debpictures :
Le 19/06/2012 à 17h22

Un article très instructif. Merci pour le partage.

flvi :
Le 19/06/2012 à 19h14

Bel article

edenprats :
Le 19/06/2012 à 22h53

vraiment appréciable, je suis fan !

educaval :
Le 22/06/2012 à 20h17

Ce type de raisonnement devrait être développé par nombre d'enseignants dans les centres équestres...........La psychologie est un élément essentiel pour que les élèves soient satisfaits et cherchent à progresser.Et si union choix peut ravir le cavalier, un choix peut judicieux peut en dégouter plus d'un à vie.............
Yves KATZ BEES2

mariefrancesca :
Le 02/07/2012 à 08h57

Le cheval guérisseur cela existe si l'enseignant prend le temps de réfléchir aux problèmes .notre petite fille après deux mauvaises chutes avait très peur de monter à cheval .Elle était tétanisée dès que le cheval passait au galop.La psychologie d'une équipe enseignante de notre poney club a fait que notre petite fille au bout d'une année a commencé les concours .Son amour des chevaux était grand et son courage aussi mais sans la patience ,sans la psychologie de l'équipe le blocage était définitif et avait une incidence sur le comportement dans la vie et à l'école.Aujourd'hui tout est résolu et l'enfant a retrouvé la joie .Pourquoi ne pas développer l'équitation dans le programme sport à l'école

laetitia :
Le 03/07/2012 à 23h14

Merci de votre joli témoignage, Mariefrancesca. L'équitation dans les programmes scolaires existe, mais se heurte souvent à des problèmes de coût. Un sondage auprès des parents révélerait peut-être que ceux qui sont prêts à faire un effort financier de ce côté-là sont plus nombreux qu'on ne croit. Mais encore faut-il leur proposer. Les clubs, qui ont souvent du mal à amortir l'entretien des poneys en dehors des mercredis et des week-ends, y trouveraient aussi leur compte.

Laetitia Bataille

educaval :
Le 04/07/2012 à 09h01

Je viens de rire mon intervention. A ne pas me relire, j'ai laissé passer quelques fautes de frappe.Il fallait lire:
"Et si UN choix peut ravir le cavalier, un choix PEU judicieux peut en dégouter plus d'un à vie............."
Veuillez accepter mes excuses;
Yves KATZ,BEES2

laetitia :
Le 04/07/2012 à 10h45

Ne vous excusez pas, cher Educaval, nous faisons tous des erreurs de frappe et les lecteurs auront sûrement rectifié d'eux-mêmes dans votre commentaire.
En revanche, venez-vous de "rire" votre intervention...ou de la lire ? Je suis pour le rire ! Cheval Savoir est une revue sérieuse, mais non austère !
Amicalement

Laetitia Bataille

Article publié le 18-06-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés