Accueil » Savoir pratique Obstacle

Obstacles d'eau (II) : améliorer le franchissement

Par Max Thirouin, cavalier international de CSO.


N°33 Juin 2012
2 Commentaire(s)
Imprimer cet article
Le mois dernier, nous avons souligné l'importance d'une bonne préparation du cheval au franchissement des obstacles d'eau, avec l'installation à la maison de dispositifs d'entraînement spécifiques. Le cheval ne risque donc pas d'être surpris en découvrant en concours un obstacle de ce type.

Voyons cette fois-ci comment aborder et négocier au mieux une rivière ou toute autre forme d'obstacle d'eau.

Certains chevaux hésitent devant une rivière ou refusent de la sauter. D’autres, au contraire, se jettent dans les foulées d’abord et empêchent leur cavalier de leur donner un bon abord et une bonne place.

Le cheval, le cavalier et très souvent les deux, ne sont pas en confiance pour sauter une rivière. Le cavalier, peut-être parce qu’il n’a jamais monté un cheval qui saute correctement cet obstacle ; et le cheval, toujours parce qu’il a appris trop tard.
Il est impératif de mieux contrôler votre cheval devant les rivières.

Obstacle d'eau
Un petit obstacle d’eau « dissimulé » sous un oxer. © L.Bataille

Comme nous l'indiquions le mois dernier, il faut toujours commencer par une rivière très étroite et même un bidet les premières fois, pour retrouver confiance. Si le cheval ne veut vraiment pas coopérer, ayez recours au système que nous vous indiquions dans l’article précédent : recouvrir totalement l’obstacle d’eau par des barres d’une couleur que le cheval connaît et qu'il saute sans problème.

«Certains chevaux sautent bien les rivières, mais se retrouvent en déséquilibre à leur réception et commettent souvent une faute sur un des obstacles qui suivent»

Pour lire la suite de cet article :

Abonnez-vous à Cheval Savoir pour seulement 29€ !
(31$ US. 38$ Canadien; 35 Franc CHF)

S’abonner à Cheval Savoir, c’est :

  • bénéficier de la lecture des numéros à paraître
  • avoir un accès permanent et totalement gratuit à la Bibliothèque d’Archives en ligne, soit plus de 2000 articles parus ! Des dizaines de milliers de pages de lecture, l’équivalent de plusieurs centaines de livres sur tous les sujets équestres ! Ce qu’aucun autre magazine ne pourrait vous offrir…
Cliquez-ici pour vous abonner à Cheval Savoir

Ce que vous ne lirez pas ailleurs

Si vous êtes déja abonné au journal, cliquez-ici pour vous identifier

2 commentaire(s) »

gnourf :
Le 05/07/2012 à 11h30

Pour obliger le cheval à se tenir tout seul à la réception d'une rivière, peut-on utiliser une barre de calage à la réception lors des exercices préparatoires (petit bidet, obstacle encadré etc., cf. le premier article)?

maxthirouin :
Le 13/07/2012 à 11h54

Réponse de Max Thirouin à Gnourf

Il ne faut jamais poser d’obstacle à la réception même, encore moins de barre au sol.
Il n’y a pas deux chevaux qui sautent un obstacle d’eau de la même façon : certains sautent en accélérant, d’autres en se retenant ; on ne peut donc pas déterminer avec précision l’emplacement de la réception, donc l’emplacement optimal de cet petit obstacle.
De plus le cheval au moment de sauter risque de découvrir cet obstacle à la dernière seconde et de refuser.
En revanche, mettre un petit obstacle après la réception, mais à distance, est une bonne idée effectivement pour aider le cheval à “se tenir” à la réception. On ne peut pas indiquer une distance en mètres, il faut calculer en foulées : placez l’obstacle à trois ou quatre foulées justes (votre coach vous indiquera où, en fonction de la façon de sauter de votre cheval).
Mais là aussi , jamais de barre au sol, c’est bien trop dangereux ! La barre risque de rouler et de faire tomber le cheval. Mettez un petit vertical ou un petit muret genre soubassement, ou encore un petit croisillon, mais en ayant soin de décoller les barres pour que le cheval ne tombe pas si jamais il se prenait les pieds dedans.

Article publié le 03-07-2012

Postez un commentaire !

Pour pouvoir poster des commentaires, il faut être abonné et connecté :
Cliquez-ici pour vous abonner au journal  |  Cliquez-ici pour vous connecter si vous êtes déja abonnés