Hommage à la série Silas

Par Amélie Tsaag Valren

Journal N°34 - Juillet Aout 2012
Dans la lignée des analyses cinématographiques de ce numéro d'été, nous vous proposons de (re)découvrir un livre et une série totalement méconnus dans notre pays, Silas.
Diffusée de façon confidentielle sur France 2 (dans Récréa 2) en 1983, cette série télévisée tirée des ouvrages de la danoise Cecil Bødker a marqué toute une génération de jeunes cavaliers, si l'on en croit les commentaires des nostalgiques sur les forums et réseaux sociaux.

Nous sommes à la fin du XIXe siècle. Silas est un jeune garçon d’une dizaine d’années, qui vit chez des forains. Maltraité, il est contraint de se plier aux épreuves les plus humiliantes, ciblé lors de lancers de couteaux ou sommé d’apprendre l’avalage de sabres au péril de sa vie. Lorsqu’il évoque enfin l’idée de s’enfuir, ses adoptants lui font savoir qu’ils le handicaperont à vie afin qu’il ne puisse plus courir ni leur échapper ! Le voilà contraint de partir sur les chemins danois sans un sou en poche (sa flûte est sa seule richesse), en quête de bonheur et de liberté.

Silas

Il se réfugie dans la ferme de Bartolin, un vieil éleveur de chevaux bourru, dont il admire en secret la superbe jument nommée « La Noiraude ». Bartolin parie cette jument avec lui s’il parvient à la monter. La scène est poignante, face à une Noiraude déchaînée et qui enchaîne les sauts de mouton, Silas s’adosse calmement à une barrière, sort sa flûte et joue un air de musique. La jument, comme envoutée, s’immobilise près d’une butte et c’est tout naturellement que Silas parvient à l’enfourcher et foncer au galop. Bartolin revient sur sa parole, Silas doit s’enfuir une nouvelle fois. Mais il n’est plus seul…

Silas est tiré d’une série de romans danois du même nom, écrite par Cecil Bødker et qui s’inscrit dans la lignée des romans de Charles Dickens

La symbolique de cette scène rejoint celle d’un grand nombre de chevaux noirs vus par les artistes (article publié dans Cheval Savoir d’Avril 2012), l’animal sauvage et fougueux apprivoisé au terme d’un rite de passage, et qui permet de partir à l’aventure. C’est pour cette raison sans doutes que, comme L’Etalon Noir, cette histoire parle tant à notre cœur. Le feuilleton remporte d’ailleurs le Bambi Award, l’une des plus hautes distinctions pour les productions jeunesse, en 1982.
Silas est tiré d’une série de romans danois du même nom, écrite par Cecil Bødker et qui, à ma connaissance, n’a jamais été traduite en français (elle l’est pourtant dans de nombreuses autres langues, dont l’anglais). Elle s’inscrit dans la lignée des romans de Charles Dickens, où les enfants se confrontent à la cruauté des hommes, l’omniprésence des chevaux en plus. Le feuilleton télévisé (6 épisodes de 50 minutes), production allemande de 1981, est d’une honnête qualité et pourtant, il n’a jamais été édité en cassette vidéo ni en DvD.

Plus d’un nostalgique cherche à le revoir, marqué en particulier par la superbe chanson du générique d’introduction français (une perle lorsqu’on examine la qualité générale des génériques de séries pour enfants à l’époque), composée par Dominique Pankratoff, et dont voici les premières paroles :

« Sur mon cheval
Je n’ai plus ni peur ni mal
Entre le ciel et la terre
Je m’envole dans la lumière
 »

Actuellement, le seul moyen de revoir ce feuilleton est de passer par les vidéos enregistrées en allemand sur internet, ou quelques rares montages en français disponibles sur des sites comme Youtube et Dailymotion.
Avec l’espoir que, peut-être, Silas puisse un jour bénéficier d’une édition sur papier et d’une sortie en DvD et Blue-ray…

Vidéo de la série Silas :