Endurance et UAE : vers une sortie de crise ?



Journal N°62 -
Coup de théâtre dans l’affaire de la suspension des Emirats Arabes Unis dans les courses d’endurance : la Fédération Emiratie va participer à une réunion de crise au siège de la FEI à Lausanne, et annonce qu’elle est prête à retirer sa décision de faire appel…

On se souvient de la crise très sévère qui a opposé au mois de mars la fédération équestre des Emirats Arabes Unis à la Fédération Equestre Internationale, suite à divers scandales et notamment la mort du cheval Splitters Creek Bundy, les deux canons fracturés. D\'autres faits regrettables (lire la chronologie ici) ont suivi, des événements qui entachaient lourdement l’image de cette discipline.

Une interdiction de concourir frappe les cavaliers d\'endurance des Emirats, mais la fédération émiratie a fait appel à la décision du tribunal de la FEI.
Une réunion a eu lieu aujourd’hui à Lausanne, siège de la FEI, dans le but d’arriver à un accord. M. Taleb Al Muhairi, secrétaire de Emirates Equestrian Federation (EEF), s\'y est exprimé.

\"Sabrina
La réunion a été conduite par la secrétaire générale de la FEI, Sabrina Zeender (photographiée ici en avril 2015). © Germain Arias-Schreiber - FEI

La Fédération émiratie des Sports équestres vient de se doter d’un nouveau comité, destiné à étudier les problèmes posés par les courses d\'endurance. Ce Comité, qui sera sous la coupe du Comité olympique émirati, cherchera à travailler en étroite collaboration avec la FEI afin de veiller à ce que les règles internationales soient appliquées dans toutes les courses d’endurance se déroulant dans les UAE. Les Emirats, on s’en souvient, avaient fait l’objet d’une suspension provisoire édictée par la FEI en mars dernier, suite à d’importantes affaires de maltraitance animale et de tricheries. Le Bureau de la FEI et son président Ingmar De Vos avaient stipulé que la fédération émiratie ne saurait assister ou être représentée dans quelque événement que ce soit, ne pouvait organiser aucun événement international, et que ses membres ne pourrraient participer à un événement international.

Dans un discours – coïncidant avec l’annonce de la création du nouveau comité – M. Al Muhairi a annoncé : « En tant qu’organe gouvernant les sports équestres dans les UAE, c’est notre but de rechercher l’excellence (sic !) tout en faisant la promotion du sport et en protégeant le bien être des athlètes humains et équins ».
« Nous reconnaissons que le meilleure manière d’y parvenir est de travailler en étroite collaboration avec la FEI, instance de tutelle internationale, et de ce fait nous avons décidé de retirer notre appel contre la décision de supension ».
« La EEF a toujours souhaité se tenir au plus haut niveau en ce qui concerne le bien-être et l’intégrité physique des chevaux et des athlètes, le comité travaillera sur ces bases, en étroite collaboration avec la FEI, et assure que les règlements seront appliqués dans toutes les courses d’endurance dans les UAE ».

La fédération Emiratie « bienvenue »

Récemment interviewé par insidethegames, John Madden, premier vice-président de la FEI, a insisté sur le fait que l’EEF serait alors à nouveau la bienvenue au sein de l’organisation « quand ils pourront nous démontrer et nous expliquer très précisément comment ils feront pour veiller au bien-être animal et suivre les règlements de la FEI… »

J. Madden a également insisté sur le fait que l’attitude de la FEI n’a rien à voir avec le récent changement de président, Ingmar De Vos ayant succédé en décembre dernier à SAR la Princesse Haya de Jordanie, épouse du Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, premier ministre des UAE et Emir de Dubai :
« Cela n’a rien à voir avec la Présidence », a précisé J. Madden à insidethegames, « la FEI a pris conscience de ce très gros problème sous la présidence de SAR la Princesse Haya ».