Endurance : nouvelles pressions de la FEI envers les EAU


Par Yves Riou



Journal N°69 -
La saison de courses d’endurance a repris aux EAU et l’on déplore déjà 5 chevaux morts. La FEI doit à nouveau exercer une très forte pression sur la fédération émiratie pour accélérer son évolution en faveur de la protection du cheval. En parallèle, beaucoup de choses sont en train de changer, notamment à Bouthieb (Abu Dhabi) où se met en place une nouvelle politique de protection des chevaux.

Nous atteignons une étape cruciale dans la partie d’échecs qui oppose la Fédération Equestre Internationale (FEI) et le « Groupe 7 », c’est-à-dire les pays du Golfe. Après le premier round de l’an passé où l’endurance a été suspendue aux EAU, se déroule un deuxième round où l’autorité de la FEI est à nouveau chahutée.
On se souvient des nombreux scandales qui éclaboussent régulièrement la discipline…

\"Les
Les courses d’endurance et le respect du cheval : une équation difficile qui a fait couler beaucoup d’encre, mais la donne est peut-être en train de changer… © L. Bataille

Les vidéos qui nous parviennent par YAS TV, montrent des comportements inacceptables et l’on dénombre à nouveau des chevaux morts dans le cadre de ces compétitions. La FEI confirme avoir mis en œuvre les moyens pour gérer la situation, avouant officiellement que l’an passé, elle n’était pas en mesure d’effectuer le moindre contrôle.
On pourrait supposer que le premier round n’a servi à rien, mais c’est faux !

Les acteurs de l’endurance au sein de la EEF (Fédération Equestre Emiratie) se sont réunis ces jours-ci à Bouthieb pour mettre au point sur la base de l’expérience vécue sur ce site de compétition de nouvelles règles. Elles doivent induire sur la demande de la FEI, le changement radical de comportement pour l’ensemble des EAU, que nous souhaitons tous.

Le 11 février, la EEF présentera son projet de nouvelle réglementation à la FEI et ses nouvelles conditions de compétitions qui concrétiseront une nouvelle étape dans la révolution culturelle qui se déroule sous nos yeux.
Les courses aux EAU sont reportées et non suspendues ou annulées de manière à bénéficier d’une période de latence propice à la réflexion. Le 13 février devrait avoir lieu le CEI3* « HH The Président of UAE Endurance Cup » à Al Wathba où une sélection nationale française est engagée. Il plane un gros point d’interrogation sur le déroulement de cette course majeure dans cette zone géographique.

Des pénalités sévères ont été infligées dans le but de signifier les interdits et les erreurs de comportements qui ont persisté. Les observateurs avertis avaient bien conscience que la reprise de la saison d’endurance serait difficile. Et s’y étaient préparés.

L’application des règles du premier round progresse, par exemple les chevaux décédés sont maintenant autopsiés alors qu’ils étaient cachés auparavant. L’outil d’encadrement se met lentement en place.

Un atout majeur pour la FEI

Concrètement, la FEI dispose d’un atout majeur dans son combat contre la maltraitance. Ce sont les essais de nouvelles règles (lire notre article ici) qui ont été expérimentées à Bouthieb, cette fin d’année. Ces règles induisent un changement comportemental radical à l’égard des chevaux, au point de vider l’infirmerie vétérinaire du site de Bouthieb.

Il est un peu tôt pour parler de nouvelle crise et demander dès maintenant une décision au niveau du Championnat du Monde 2016, prévu à Dubaï, comme vient de le faire la Fédération des USA. Inutile de brûler toutes les cartouches alors qu’un processus positif se dessine.

Il est évident qu’il faut voir dans le processus amorcé et les itérations nécessaires à une évolution douce, des perspectives meilleures. Il y a réellement matière à espérer aux EAU. Patience !