Maréchalerie et tradition


Par Julien Cousin



Journal N°71 -
Le Portfolio de ce mois-ci est consacré au jeune photographe Julien Cousin, qui a choisi de nous raconter en images la vie quotidienne d’un maréchal-ferrant de la région du Nord, qui ferre des Boulonnais d’une tonne à l’aide d’un « travail ». Voici ce qu’il nous en dit…

Jean-Sébastien Houvenagel est maréchal ferrant depuis seize ans. Installé du côté de Flêtre dans le département du Nord, il rayonne au gré de ses clients dans toute la région Nord-Pas de Calais. Sa clientèle se compose à 80% de chevaux de trait (Boulonnais et Trait du Nord, les deux races de la région) et 20% de chevaux de selle (chevaux de club et de centre équestre).

\"MaréchalerieJean-Sébastien aime les chevaux de trait (« C’est un cheval de fermier ») lui rappelant ses origines de fils et petit-fils d’agriculteurs. Afin de ferrer avec plus d’aisance, il a recrée un dispositif classique d’autre fois, ce que l’on appelle un « travail ». En effet, il ne lui est pas rare d’intervenir sur des chevaux pouvant atteindre la tonne !

« Il n’y a rien qui se fait tout seul, il faut toujours taper. Le marteau ne quitte pas la main du matin au soir ». Il faut environ deux heures pour ferrer entièrement un cheval de trait. En théorie, le changement des fers se fait tous les deux mois, mais cela dépend de l’utilisation faite du cheval, de la saison des concours, des manifestations (fêtes des moissons, attelages, fêtes de village).

Cinquante maréchaux sont en activité dans le Nord-Pas de Calais mais seulement quatre sont « spécialisés » dans le cheval de trait. Un bon maréchal ferrant ? « Cela ne se voit pas sur sa tête mais sur ses mains. Il faut regarder comment sont les pieds des chevaux. Si c’est le fer qui est adapté pour le pied et non le pied pour le fer ».

Merci à Jean-Sébastien Houvenagel pour cette tournée dans le département du Pas-de-Calais.
Merci à Jean-Claude Deseure et Marie-Eve Tossani pour avoir permis la réalisation de ce reportage.

Voir le Portfolio de Julien Cousin ici